Développement | Communication | Recherche - action

Mélina-Seymour.png
SES PREMIERS ENGAGEMENTS : FAIRE ENTENDRE LA VOIX DES JEUNES
 

Engagée dans le secteur associatif depuis l’âge de 15 ans dans son archipel, dès la fin de sa scolarité en classe de 3e au Collège Saint-Dominique dans sa Ville natale, Le Moule, elle adhère à l’association Cosmique One, radio associative de son quartier, aux Grands-Fonds, dans laquelle elle a animé plusieurs émissions culturelles. Cette période marque le début de sa vie associative qui s’est poursuivie au Lycée Professionnel Louis Delgrès à travers l’association des Lycéens. Dans les années 1998-1999, les phénomènes de violence aux abords et à l’intérieur des établissements scolaires atteignent un pic, spontanément, Mélina s'engage aux côtés de lycéens et d'étudiants, afin d'alerter les pouvoirs publics. Cette étape dans son parcours a laissé une empreinte indélébile dans sa vie, tant son engagement était utile pour tous ceux qui étaient victimes de violence dans leur établissement scolaire. D'un côté, le mal être des jeunes, le sentiment d'insécurité, la délinquance juvénile, la circulation des drogues, les addictions en tout genre dans l'île qui frappent généralement les jeunes ne la laissent pas insensible. Et d'un autre côté, la jeunesse qui réussit, qui entreprend, qui veut créer et agir n'est pas assez mise en valeur par les familles, les autorités et les médias, selon elle. Ce sont les raisons principales qui poussent Mélina à créer sa première association à l'âge de 17 ans. Intitulée Positive Mix, pour signifier un "mixage" constructif entre les générations, avec cette association, Mélina co- organise avec le Grand-Camp Sporting Club, le 16 décembre 2000, sa première grande manifestation en Guadeloupe. Une journée pour la Paix, "Stop the violence", dans une Zone Urbaine Sensible dans la Ville des Abymes. 

 

Pour aller plus loin, elle décide de créer l'association Initiatives Jeunes. Les objectifs de ses associations étaient de promouvoir les jeunes à travers des propositions, des projets pensés et réalisés par des jeunes, pour des jeunes. Son travail de sensibilisation sur les méfaits des drogues et des comportements à risque intéresse à l'époque le Rectorat de l'Académie de la Guadeloupe. Mélina se rendait dans les établissements scolaires de l'Archipel, mais aussi dans les quartiers dits de "non droits" dans la région pointoise, pour tenter une approche différente que celle des institutions. Elle proposait  plusieurs méthodes aux jeunes en fonction de leurs attentes et de leur condition sociale, notamment, la prise en compte du jeune à travers son projet de vie et ses aspirations, ainsi qu'à travers le processus de (ré)insertion de ceux qui étaient sortis du système scolaire. 

 

Etant déjà animatrice culturelle depuis l'âge de 15 ans à la radio associative Cosmique One (93.7FM) pour promouvoir les jeunes et leur permettre de s'exprimer, en 2001, Mélina devient animatrice à la télévision. Elle présentait un talk de deux heures intitulé "LE FORUM DES JEUNES" le mercredi, sur Canal 10 TV (chaîne locale en Guadeloupe) durant plusieurs saisons. Le but de cette émission était de mettre en valeur les jeunes qui faisaient des actions positives dans tous les domaines : artistique, littéraire, culturel, sportif, entrepreneurial, éducatif...

Forte de cette expérience dynamique et prometteuse, elle se voit rapidement confier sa première émission politique à l'âge de 21 ans, "PARLONS FRANCHEMENT" ! La rencontre en live, sur le plateau TV avec les élus était sans complaisance. Son style d'interview rythmé et décapant a contribué à sa popularité pendant plus de 5 ans. 

 

Après une pause dans les médias, afin de reprendre ses études et se consacrer à sa vie de famille, Mélina Seymour se révèle au grand public sur la chaîne, LA UNE GUADELOUPE, en 2009. Elle est définitivement reconnue dans le PAG, en tant que journaliste politique, particulièrement lors des débats qu'elle animait sur cette chaîne durant les 44 jours de grèves conduites par de nombreuses organisations syndicales, politiques et culturelles, regroupées dans un collectif appelé LKP (Lyannaj Kont Pwofitasyon). Elle a interviewé une multitude de personnalités aux Antilles et en France hexagonale comme Christiane Taubira, Alain Juppé, Roselyne Bachelot, Jean Tibéri, Jean-Marie Lepen, François Durpaire, Marlène Chiappa, Lokua Kanza, Rohan Marley, Cécile Duflot, Olivier Besancenot, Martine Aubry, Firmine Richard et tant d'autres.  Voir l'une de ses pages Youtube https://www.youtube.com/channel/UCLko5YViwV4bDP-ttY-gXdw

 

Mélina Seymour a fait aussi des incursions en politique pour défendre et promouvoir une Guadeloupe plus prospère au coeur de la Caraïbe. Elle fonde le parti politique "Ambition Guadeloupe", et elle conduit la liste "Oui à la Guadeloupe" lors des élections régionales de décembre 2015. Sa liste ressort 4e sur 11 en lice. N'étant pas qualifiée au second tour, elle a appelé à voter pour la liste de l'actuel président du conseil régional de la Guadeloupe, Ary Chalus. Elle défend l'identité guadeloupéenne comme facteur de réussite à travers son appartenance à la France et à l'Europe ; tout en revendiquant désormais son africanité, l'histoire des guadeloupéens dont les ancêtres sont des africains qui ont été réduit en esclavage durant la période de la traite négrière. Depuis 2017, elle crée des ponts entre des associations culturelles du continent africain et des acteurs culturels de la Guadeloupe, du Québec et de la France, notamment à travers les ONGs internationales Africa Mondo et le Réseau International des Jeunes Leaders Africains- RIJLA. Elle est élue présidente de l'association française MFC-Métissage et Fondements Culturels en juillet 2021, et est membre de l'Association canadienne pour les Nations Unies (ACNU-Québec) et de la Commission Canadienne pour l'UNESCO (CCUNESCO ). 

Son engagement associatif s'est toujours poursuivi sans discontinuer depuis plus de 25 ans, à travers les solidarités entre jeunes et ainés. La promotion du mieux vivre et du mieux-être ensemble pourrait être l'un de ses crédos. ​​​​

----

Découvrez ses compétences ici

ACTUELLEMENT...

 

Depuis la session d'été 2022, Mélina  suit un programme doctoral en sciences géographiques à la faculté Foresterie, Géographie et Géomatique de l'Université Laval, à Québec. Elle est en cours d'écriture de son quatrième ouvrages. Il porte sur l'impact des changements climatiques SUR et VU par les aînés, du Nord au Sud. Elle vient tout juste de co-créer, Jeunes et Aînés Solidaires -JAS, de l'Université Laval, association parascolaire dont le but est de sensibiliser la communauté étudiante sur la bientraitance envers les aînés, les relations intergénérationnelles et qui met en avant les étudiants qui travaillent sur ces questions.

 

Élue en juillet 2021 présidente de l'association MFC - Métissage et Fondements Culturels,  elle est aussi membre de l'Association canadienne pour les Nations unies (ACNU-Québec), depuis mai 2021. Initiatrice et Coordonnatrice générale du Mois de l'Histoire des Noirs en Afrique du 1er au 29 février 2020 dans 7 pays en Afrique (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Comores, Côte d'Ivoire, Sénégal, Tchad) ; une première 50 ans après les États-Unis qui a remporté un franc succès au Bénin grâce à l'audace de cette afro-caribéenne qu'est Mélina Seymour. Durant cet évènement, l'occasion lui est donnée de créer le Trophée Bâtisseur de l'Afrique pour récompenser toute personne qui oeuvre au développement du continent ; le 24 février 2020 à Abomey-Calavi, les 10 premiers lauréats ont participé à cette soirée exceptionnelle en présence des autorités béninoises. Résolument pour la promotion de la femme fière de son africanité et de l'Afrique en générale, elle crée le Concours International Femmes Noires Inspirantes dont la première édition s'est tenue dans la Ville de Québec en mai 2019 ; la deuxième édition a clôturé le Mois de l'Histoire des Noirs à Abomey-Calavi en République du Bénin, le 29 février 2020. 

 

Engagée depuis son jeune âge

"Mon expérience citoyenne, associative et extra professionnelle a débuté dès l'âge de 15 ans et demi. Cela a une importance capitale dans mon parcours de vie. Mon engagement aux côtés des jeunes en France Hexagonale et en Guadeloupe dans diverses associations, Le Grand Camp Sporting Club, Positive Mix et Initiatives Jeunes, doublé de mon diplôme -Métiers de la Communication et de l’économie sociale- obtenu à l’Université d’Amiens en Picardie, m’ont permis d’aller plus loin dans l'écoute, l’accompagnement et l’insertion sociale, l’analyse des pratiques de médiation, la connaissance des problèmes sociaux et des dispositifs de prise en charge, notamment les politiques de lutte contre l’exclusion.

 

Aussi, j'ai exploré de nombreux outils de développement locaux et du champ économique et social. Outre l’écoute et l’accompagnement, en 2009, j’ai recruté une dizaine de jeunes à travers mon association Initiatives Jeunes, avec le soutien de Pôle Emploi. Je ne compte pas les heures passées bénévolement auprès des jeunes qu'ils soient en difficultés sociales ou porteurs de projets. Cette jeunesse a besoin d'une oreille attentive à ses préoccupations, ainsi qu'à ses envies de transformer le monde de façon constructive et positive. Depuis 20 ans, c'est pour moi un devoir que de leur accorder du temps, à défaut de pouvoir faire davantage. Waouh ! Cela ne me rajeunit pas, mais je suis très fière de ce parcours.

 

Nelson Mandela a dit un jour : "Il ne peut y avoir plus vive révélation de l'âme d'une société que la manière dont elle traite ses enfants." Si chacun de nous accepte de faire sa (petite) part auprès des nouvelles générations qui héritent d'un lourd présent, l'Univers tout entier pourrait s'en réjouir. Je veux continuer à contribuer modestement à la construction d'un monde meilleur, bien que n'étant pas épargnée par mes propres expériences, depuis plus de 15 ans. La route est longue, mais ô combien nécessaire à l'ascension des Etres.  En 2017, je ressens le besoin de voyager, d'écrire, de témoigner, d'aller confronter mon expérience ailleurs, de continuer à me former et aussi de continuer à oeuvrer aux côtés de jeunes leaders à l'échelle internationale, au-delà de mes frontières habituelles." 

 

Québec, Canada, Juillet 2017

—  Mélina Seymour

ACCOMPAGNER LES NOUVELLES GÉNÉRATIONS

“Les nouvelles générations sont les grands leaders de demain. Je veux les accompagner, les aider à grandir avec leurs talents et leurs potentiels, afin de bâtir des sociétés positives. Ces générations sont les leaders clés du changement positif dans le monde."  

 

—  Mélina Seymour

Présentatrice et Journaliste TV

 

Quelques extraits de ses émissions

 

1 VIE, 1 HISTOIRE

Extrait de l'émission 1Vie, 1Histoire proposée et présentée par Mélina SEYMOUR.

Invité : Patrick KARAM, Ex Délégué Interministériel à l'égalité des Chances 

Diffusion : Canal 10 TV

 

LES DÎNERS DÉBATS DE MÉLINA
Concept : autour d'un repas gastronomique antillais, des convives sont invités à débattre d'un sujet de société. Une dizaine d'invités prennent la parole et échangent leur point de vue, comme à la maison, en famille ou entre amis. 

Thème : Les Africains qui vivent en Guadeloupe.

 

LES DÎNERS DÉBATS DE MÉLINA
Concept : autour d'un repas gastronomique antillais, des convives sont invités à débattre d'un sujet de société. Une dizaine d'invités prennent la parole et échangent leur point de vue, comme à la maison, en famille ou entre amis. 

Thème : L'entreprise en Guadeloupe